Schiltigheim - SR Colmar

Alsace.png

6 ème tour de la coupe de France 2011-2012

Schiltigheim - SRC et Anatolie - FCM à l’affiche

 

schiltigheim.jpg
Récents tombeurs de l’ASIM en championnat, les Verts de Schiltigheim attendent ceux de Colmar de pied ferme en Coupe. Archives D. Szuster

 

Le tirage au sort du 6 e tour de la Coupe de France, qui avait lieu hier soir, a réservé plusieurs chocs. Le FC Mulhouse se déplacera chez ses voisins de l’Anatolie Mulhouse alors que les SR Colmar iront à Schiltigheim.

Pour les SR Colmar, le 6 e tour de la Coupe de France s’annonce plus que compliqué avec un déplacement sur les rives de l’Aar, pour y affronter le SC Schiltigheim (CFA2), large vainqueur des Ecrivains de Schiltigheim/Bischheim au tour précédent (10-0). « Damien Ott voulait un gros pour rester dans le rythme. Avec ce tirage, on est servi », estime Clément Steeg, secrétaire général du club. Les deux équipes ont signé les plus jolis parcours amateurs en Coupe de France, ces dernières années dans la région.

La fête des voisins

Alors que le RC Strasbourg ira défier ses voisins du FC Kronenbourg (PE), le FC Mulhouse se déplacera aux Coteaux pour y affronter l’Anatolie (PE), vainqueur difficile de Lauterbourg (D2) au tour précédent. « Toute la communauté sera présente pour nous supporter. Si la tâche s’avère difficile sportivement, on est sûr que ce match sera une belle fête », souligne Servet Cetin, secrétaire général du club invaincu en Promotion d’Excellence.

Parmi les autres matches, le déplacement de l’AS Sundhoffen (Exc) à Koetzingue (DH) s’annonce également festif : « C’est un club qui sait recevoir », affirme Jean-Marc Moser, le président sundhovien. Pour les hommes de Laurent Solohub, ce match est aussi l’occasion de vaincre le signe indien, puisque cela fait trois ans que les Rouges et Blancs échouent au 6 e tour. De son côté, le Racing HW 96 (Exc) se rendra sur le terrain du petit poucet, l’AS Neudorf (D1), qui, ce week-end, a frappé un grand coup en éliminant facilement Riedisheim (3-0), autre formation d’Excellence haut-rhinoise.

Le tirage au sort

Coupe de France

6 e tour : SC Schiltigheim (CFA2) - SR Colmar (Nat) ; ASL Koetzingue (DH) - AS Sundhoffen (Exc) sa. 18.30 ; SC Dinsheim-sur-Bruche (Exc) - AS Erstein (Exc) di. 14.30 ; FC Saverne (Exc) - FC Brunstatt (Exc) ; ASI Avenir (PE) - FC Soleil Bischheim (DH) ; FC Kronenbourg (PE) - Racing Strasbourg (CFA2) ; FC Anatolie Mulhouse (PE) - FC Mulhouse (CFA) ; Ent Roppenheim/Forstfeld (Pro) - FCSR Haguenau (DH) sa. 15.00 ; AS Neudorf Strasbourg (D1) - Racing HW 96 (Exc).

Tous les matches le dimanche 30 octobre à 14 h 15 sauf mention contraire.

le 18/10/2011 à 05:00 par V.B.

Alsace.png

Entre spécialistes !

toufik-zerara-1.jpg

Incertain en début de semaine, Toufik Zerara, au fond, sera de la partie, demain à Schiltigheim, tout comme Abdel Moukhlil. Photo Vanessa Meyer Wirckel

L’affiche alsacienne de ce 6 e tour se déroulera cette après-midi à 17 h au stade de l’Aar à Schiltigheim où les locaux accueillent les nationaux des SR Colmar. Les deux équipes, qui dans un passé récent ont brillé dans cette épreuve, souhaitent évidemment revivre une nouvelle aventure. Damien Ott et José Guerra ont préparé cette rencontre avec beaucoup de minutie.

Après avoir aisément éliminé Issenheim lors du tour précédent, Damien Ott souhaitait une équipe un peu plus huppée pour, notamment, « essayer de maintenir le rythme du championnat. » L’entraîneur des Colmariens a été servi avec Schiltigheim, l’une des équipes du top 5 alsacien qui, de surcroît, est une fan de la Coupe de France.

Hier après-midi, lors du dernier entraînement que les Verts ont suivi sur un des terrains annexes du Stadium devant plein de jeunes footballeurs et de parents, le coach a convenu que « c’est un match piège contre une bonne équipe. On ne peut pas être suffisant face à Schiltigheim au risque de passer à la trappe. »

Ceux qui ont suivi le dernier entraînement des Verts ont pu constater que les joueurs ont visiblement suivi les indications du coach et qu’ils étaient tous concentrés sur les exigences de ce match. « J’ai moi-même été surpris par l’intensité de cette séance. Pourtant, ils n’étaient pas trop chauds pour s’entraîner un samedi après-midi, mais je les ai trouvés concentrés et motivés. C’était un super entraînement. »

« Envie d’écrire une nouvelle page »

José Guerra, quant à lui, aurait aimé encore attendre avant de rencontrer une grosse cylindrée. « Nous voulions à tout prix éviter une équipe du championnat de France. Eh ben, nous avons tiré le gros lot dans la région. Ce n’est évidemment pas un bon tirage dans la mesure où les chances de franchir l’écueil sont limitées. Mais on sait bien, ici à Schiltigheim, que tout est possible dans le football et que tout peut arriver dans un match. Que ce soit en coupe ou en championnat, nous avons tous envie d’écrire une nouvelle page de l’histoire du club cette saison. » L’entraîneur bas-rhinois fait ainsi des Colmariens ses grands favoris. « Je sais que les Colmariens ne nous prendront pas de haut parce qu’ils ont été, eux aussi, dans un passé pas très lointain, dans la peau du Petit Poucet ».

Dans ces conditions, José Guerra ne se fait guère d’illusions quant à la qualification. « Pour moi, c’est du 70-30, voire même du 80-20 au coup d’envoi. Mais notre objectif sera de réduire cette différence au fil des minutes. Pour cela, il faudra provoquer la réussite et ne pas se contenter d’attendre. On ne s’en sortira que par le jeu. De toute façon, c’est tout ce que je sais faire. »

Sans Touré, avec Dieye

Pour recevoir les SRC, Schiltigheim devrait présenter l’équipe qui a survolé Thaon-les-Vosges (4-0) la semaine dernière. « Le groupe sera a priori le même, confirme Guerra. Je ne vais toujours pas récupérer les cinq ou six joueurs indisponibles depuis plusieurs semaines. »

Côté colmarien, Damien Ott devra se passer des services de Youssouf Touré, qui purge son match de suspension, et de Basile Camerling, incertain en début de semaine, mais qui devrait jouer avec la deux en Coupe d’Alsace.

Pour le reste, c’est une formation au complet, avec donc quinze des seize joueurs qui ont battu Fréjus/Saint-Raphaël samedi dernier, et qui seront rejoints par Pape Dieye qui réintègre ainsi le groupe.

Les groupes

SC Schiltigheim : Delavau ; Fischer, Moog, Kadima-Oleko, Weber, Hoffmann, Froeliger, Huber, Maisonneuve, Belahmeur, Owusu, Guira, Bertoli, Deubel. Ent. J. Guerra.

SR Colmar : Robert, Fedrigo ; M’Tir, Haaby, Meyer, Bernardet, Meslien, Mezriche, Grimm, Shaïek, Zerara, Moukhlil, Liabeuf, Dieye, Dufrennes, Créquit. Ent. D. Ott.

le 30/10/2011 à 04:02 par H.H.

DNA.png

 

La victoire du SC Schiltigheim face aux SR Colmar : emballant !

soupe-a-la-grimace-1.jpg
 

Soupe à la grimace pour les SR Colmar de Loic Meyer (en vert). Bien que favoris, ils s’inclinent logiquement face à une équipe schilikoise plus emballante. Photo DNA — Cédric Joubert

En choisissant de ne pas subir et de jouer son jeu, le Sporting Club de Schiltigheim s’est offert une victoire de prestige sur les SR Colmar, qui évoluent pourtant deux divisions au-dessus.

De toute façon on ne sait pas faire autre chose que de jouer. » José Guerra résumait ainsi très bien le match de ses joueurs. Face à un adversaire hiérarchiquement supérieur, ils n’ont jamais cherché à bétonner derrière, mais ont fait preuve, au contraire, durant quatre-vingt-dix minutes d’une réelle volonté de se projeter vers le but adverse.

« Beaucoup de cœur et de générosité »

Si l’entame de match est schilikoise, les Colmariens mettent rapidement le pied sur le ballon. Cependant, malgré de belles intentions de part et d’autre, pas de réelle occasion franche. Huber après un bon jeu à une touche de balle avec Froeliger et Owusu voit son lob terminer à côté des buts colmariens (20 e). En face, le coup franc de Zerara frôle le montant (39 e) puis une tête du même homme fait frissonner les tribunes bien garnies du stade de l’Aar.

À la mi-temps tout reste à faire, mais on a la confirmation que les pensionnaires de CFA2 joueront crânement leur chance. Pourtant on n’avait encore rien vu. Dès l’entame de la seconde période, Owusu perfore côté droit, rentre dans la surface et sert Belhameur en retrait. Fedrigo réalise un double arrêt réflexe devant le jeune milieu offensif (53 e).

Deux minutes plus tard, sur une énième récupération de balle de Cédric Hoffmann -énorme dans l’entrejeu-, le capitaine du Sporting décale Maisonneuve qui sert dans la profondeur Froeliger. Ce dernier offre un caviar à Owusu qui n’a plus qu’à conclure de la tête dans le but vide. Dopés par ce but, les hommes de José Guerra vont continuer à attaquer. Et à la 65 e, Fischer fixe un défenseur côté droit, transmet la balle à Maisonneuve qui s’infiltre dans la surface et est déséquilibré par Haaby. Froeliger se charge de transformer le penalty en prenant Fedrigo à contre-pied.

Sonnés, les Colmariens semblent résignés. Et durant dix minutes de folie, ils vont éviter de peu la correction. Bertoli (71 e) puis Belhameur (75 e) vont échouer sur Fedrigo et manquer de libérer complètement leur équipe. Colmar recommence alors timidement à y croire et petit à petit va revenir dans la partie. Sur une ouverture de Zerara, Créquit ne cadre pas sa reprise (77 e), puis la tête de l’attaquant des verts est captée par Delavau (79 e).

À une minute de la fin du temps réglementaire, ils vont être récompensés de leurs efforts quand Moukhlil vient couper un long centre de la droite et tromper Delavau. Mais dans l’incompréhension générale, l’arbitre ne valide pas le but et désigne le point de penalty. Liabeuf ne tremble pas et redonne espoir à ses coéquipiers. Ils vont ensuite pousser pendant les dernières minutes, mais malgré une tête repoussée devant sa ligne par Weber et un retourné de Zerara qui passe juste au-dessus, plus rien ne sera marqué.

« Je tiens à féliciter cette équipe qui a fait le match qu’il fallait pour nous battre », reconnaît beau joueur Damien Ott. José Guerra pouvait lui savourer et féliciter ses joueurs. « Je suis satisfait. On a suivi le plan de jeu établi. Les joueurs ont fait preuve de beaucoup de cœur et de générosité tout en ayant un peu plus d’application défensive que d’habitude. C’est juste dommage de ne pas se mettre à l’abri plus tôt, car on était plus près du 3-0 que du 2-1. »

Sans renier ses principes, le Sporting a donc obtenu sa qualification à la régulière. L’aventure continue pour les petits hommes verts, jamais aussi forts que quand ils hument le parfum de la Coupe de France.

par Alexandre Martinez

Alsace.png

 

Schiltigheim se paye les SR Colmar

alsace-1.jpg

 

 

Benoît Haaby et Jibraeel Owusu se sont livré un duel intense. C’est l’attaquant de Schiltigheim, auteur du premier but de son équipe, qui aura finalement le dernier mot. Photo Jean-Marc Loos

 

La formation de José Guerra s’est qualifiée pour le 7 e tour après avoir éliminé les SR Colmar à la régulière, hier au stade de l’Aar (2-1). Le numéro 1 alsacien n’a pu répondre à la volonté, au courage, au mental et à la qualité des Bas-Rhinois que durant les dix dernières minutes lors desquelles il avait même les occasions pour inverser la tendance.

« C’est la magie de la Coupe de France. Et aujourd’hui, ce sont les joueurs de Schiltigheim qui étaient les magiciens ». Damien Ott, déçu par l’élimination de son équipe, n’a pas manqué de rendre un hommage aux Bas-Rhinois « qui ont réussi à faire ce qu’il fallait pour battre une équipe de National. » L’entraîneur des Verts a aussi regretté que ses joueurs « n’ont pas exploité leurs chances, notamment sur les coups de pied arrêtés. »

Comme prévu, les Colmariens se sont présentés avec les mêmes joueurs qui ont battu Fréjus Saint-Raphaël, il y a huit jours à l’exception de Youssouf Touré, suspendu, qui a été remplacé par Pape Dieye. Mais Damien Ott a décidé de faire souffler Sébastien Robert, Salim Mezriche, Vincent Bernardet et Cédric Liabeuf qui étaient sur le banc au coup d’envoi.

Ce sont les Bas-Rhinois qui ont décidé, d’entrée, de mettre la pression. Les hommes de Guerra ont en effet choisi une option offensive en 4-1-4-1 qui gêne les hommes de Damien Ott durant quelques minutes. Le temps pour Huber d’allumer Fedrigo des 16 mètres, sans danger pour le gardien colmarien.

Le jeu est équilibré et la balle voyage d’un camp à l’autre. Les Schilikois jouent sans complexe et obligent Fedrigo à sortir plusieurs fois dans les airs. C’est encore Huber qui se procure une occasion (20 e), mais son tir, qui prenait la direction de la lucarne, est dévié en corner. Entre-temps, Moukhlil, lancé par Dufrennes dans le dos des défenseurs (17 e), est rejoint in extremis alors qu’il se présentait seul devant Delavau et la tête de Dieye passe largement à côté (18 e).

Colmar craque en premier

La suite de la première période est bien maîtrisée par les Nationaux qui font désormais souffrir l’arrière-garde locale. Mais les Colmariens ne parviennent pas à inquiéter le gardien bas-rhinois, si ce n’est sur une balle cafouillée de Moukhlil (32 e), sur un coup-franc des 30 m de Zerara qui frôle le poteau (38 e), ou une tête du même Zerara sur un centre de Dufrennes que Delavau accompagne des yeux en corner (44 e).

Il ne se passe pas grand-chose au retour des vestiaires et les Bas-Rhinois, bien en place, attendent visiblement l’ouverture. Leur pressing est payant et sur un centre d’Owusu, Belahmeur s’offre une double occasion à bout portant, mais Fedrigo est deux fois à la parade (53 e).

Cet avertissement sans frais n’a visiblement pas été retenu par les Haut-Rhinois. Trois minutes plus tard, en effet, Froeliger, bien servi par Maisonneuve, trouve la tête d’Owusu, seul aux cinq mètres, qui ne se gêne pas pour ouvrir le score. Les Colmariens subissent, Hoffmann est à deux doigts de doubler la mise, et Maissonneuve, qui s’offre un long raid, est stoppé par Haaby dans la surface (64 e). Le penalty est transformé par Froeliger (2-0).

Les Verts se ruent alors en attaque, mais ouvrent des brèches aux Schilikois. Ainsi, Bertoli (71 e) puis Belahmeur (76 e) auraient pu plier l’affaire sans la vigilance de Fedrigo.

Avec Haaby monté aux avant-postes et Liabeuf de nouveau à la baguette, les Colmariens tentent le tout pour le tout. Schiltigheim plie, mais ne rompt qu’à la 88 e suite à une faute de Kadima dans la surface. Liabeuf exécute le tir au but (2-1). Les Verts ont retrouvé leurs vertus, la tête de Créquit est repoussée sur la ligne (89 e) et le retourné de Zerara passe de peu au-dessus du but de Delavau (90 e+2). L’arbitre siffle la fin du match. « On s’est mis en danger sur la fin, regrette José Guerra, mais j’étais sûr que mes joueurs me feraient plaisir aujourd’hui. Ils n’ont pas eu peur et sont restés fidèles à eux-mêmes. Je pense que le meilleur est à venir pour ce groupe. Ils ont une histoire à écrire. En ce qui me concerne, je suis déjà plongé dans le match de la semaine prochaine face au Racing. »

Hubert Himburg

Date de dernière mise à jour : 31/10/2011