La vie sans Bernardet

Alsace.png

 

La vie sans Bernardet

vincent-bernardet

Vincent Bernardet a écopé du premier carton rouge direct de sa carrière. Sa discrétion et son efficacité manqueront aux Verts face à Rouen. Photo Jean-François Frey

Le carton rouge récolté contre le Red Star va priver Vincent Bernardet du match contre Rouen vendredi soir en National. Un petit événement. C’est en effet la première fois depuis son arrivée aux SR Colmar que le joueur ne fera pas partie du groupe des 16.

Il peut paraître paradoxal de s’intéresser à un joueur au moment où… il ne joue pas. Mais c’est aussi une façon d’en souligner l’importance. Le cas de Vincent Bernardet est exemplaire de la signification que peut recouvrir l’expression « discret et efficace ».

La saison dernière, l’ancien Beauvaisien a été le Colmarien qui a passé le plus de temps sur le terrain : un total de 3318 minutes sur 3420 possibles. Presque le score parfait et plus que tous ses coéquipiers. Dans le détail, le défenseur a joué 37 matches dont 35 dans leur intégralité, il est sorti une fois à la 82 e minute et une autre à la 86 e, et il n’a pas du tout mis les pieds sur le terrain à une seule reprise, contre Luzenac au Stadium : « Comme on avait eu trois matchs dans la semaine, j’avais décidé de le faire souffler », se souvient très bien Damien Ott. Pour des raisons tactiques, l’entraîneur colmarien avait alors aligné une défense à quatre sans latéral de métier, puisque ce jour-là, Malik M’Tir était également resté sur la touche.

« J’avais l’ambition de disputer les 38 matches, c’est raté »

Ces statistiques éloquentes ne sont évidemment pas sans signification pour le coach : « J’aime bien quand on dit d’un garçon qu’il est discret, mais efficace. Je préfère ça à un garçon qu’on entend beaucoup, mais qui n’est pas efficient. Maintenant, cette discrétion ne l’empêche pas d’avoir un rôle important dans le vestiaire, où il est très respecté parce qu’il est lucide. D’ailleurs, il a aussi la confiance du groupe pour s’occuper de la caisse des amendes, c’est tout dire ! (rires) . »

Et l’entraîneur de poursuivre : « C’est surtout un joueur fiable qu’on apprécie parce qu’il apporte beaucoup de sécurité par son placement, son expérience et la qualité de son jeu. En plus, il occupe un poste très spécifique, où il est vrai qu’il n’y a pas énormément de concurrence. Mais c’est aussi parce qu’il a fait une saison pleine et exemplaire. On est donc naturellement reparti avec lui. »

Les appréciations du coach sur son côté indispensable ne consoleront pas forcément le joueur de sa prochaine absence : « Tant mieux si mon expulsion nous a permis de prendre un point contre le Red Star et tant mieux si les copains en prennent trois sans moi à Rouen, mais ça fait quand même mal de ne pas y être », estime Vincent Bernardet. Et d’ajouter avec une certaine malice : « La saison dernière, j’ai joué 37 matches. J’avais l’ambition d’en disputer 38 cette année, c’est raté ! »

En Ligue 2, le défenseur n’avait jamais pris de carton rouge en 150 matches avec Laval, Brest ou Gueugnon. En National, ça lui était arrivé à une seule reprise sous le maillot de Beauvais : « C’était contre Pacy. J’avais commis deux fautes, et encore pas évidentes, dans toute la rencontre et j’avais pris deux cartons jaunes ! »

De manière générale, Vincent Bernardet n’est pas un gros consommateur de « biscottes » (5 cartons jaunes seulement en 42 rencontres avec les SRC) : « Je n’en prends pas beaucoup, ce n’est pas mon style de jeu. J’essaye plutôt de faire le moins de fautes possibles pour être sanctionné le moins possible. »

« Je suis sorti sans protester et je ne suis pas coutumier du fait »

Contre le Red Star, le Castelroussin de naissance a donc pris le premier carton rouge direct de sa carrière. Il espère évidemment que la sanction ne sera pas trop sévère : « Je suis sorti sans protester et je ne suis pas coutumier du fait. Maintenant, je n’ai pas vu le rapport de l’arbitre et je ne connais pas les barèmes de la fédération. Ce ne sont évidemment pas les moments les plus appréciables dans une carrière. »

Le latéral colmarien connaîtra ce soir la durée de sa suspension. Son absence à Rouen ne sera, comme le dit son entraîneur, ni un choix tactique, ni un choix de performance, mais une sanction administrative. En espérant qu’elle sera le plus courte possible et que le feu rouge du carton repassera le plus rapidement possible au vert du terrain…

le 06/09/2012 à 05:04 par Guy Thomann

Date de dernière mise à jour : 29/10/2012