Décembre 2012 - Janvier 2013

DNA.png

 

Report à Pontarlier ?

Le match Pontarlier – SR Colmar, programmé samedi à 17 h, aura-t-il lieu ? Les prévisions météorologiques font état de probables chutes de neige aujourd’hui et demain. L’éventualité d’un report n’est pas à exclure, la totalité des matches de niveau district étant déjà remis.

Hôtel

Si la confrontation n’est pas ajournée d’ici là, les SR Colmar partiront en bus, samedi à 8 h 30, en direction de Pontarlier. Dès leur arrivée, les Verts investiront un hôtel : des chambres ont été réservées pour permettre aux joueurs de s’offrir une petite sieste d’avant-match. Les Colmariens regagneront leurs pénates dans la soirée.

Pontarlier

Le futur adversaire des SRC occupe la sixième place du groupe D de CFA 2, avec 24 points au compteur (4V, 3N, 2D). Il n’a plus remporté une rencontre de championnat depuis le 20 octobre, mais reste invaincu cette saison à domicile.

Supporters

Les fans colmariens effectueront le court déplacement en Franche-Comté, où quelque 2 000 spectateurs sont attendus au stade Paul-Robbe. Déjà présents à Créteil vendredi dernier, les Col’Verts ne seront donc pas de trop. Contacts : Jean-Paul au 06 81 40 20 86 ; Patrick au 06 18 60 48 29 ; Bruno au 06 70 88 38 95.

Haaby

Le défenseur des SRC, Benoît Haaby, ne manquera pas non plus à l’appel ce week-end. Suspendu pour une accumulation de cartons jaunes, le capitaine des Verts purgera sa « peine » lors de la réception d’Uzès, le 15 décembre.

Fedrigo sur dna.fr

Le portier numéro 2 des SRC, Thomas Fedrigo, évoque – dans une interview vidéo visible sur www.dna.fr – le match qui se profile dans le Doubs, mais aussi sa (très bonne) relation avec Jean-François Verger et le début de saison réussi des Verts. Il dévoile également les noms de ses idoles au poste de gardien. Instructif.

par AM. P., publié le 06/12/2012

Petite précision concernant Benoir Haaby ( Philou )

Si la rencontre de CDF contre Pontarlier est reportée, il sera absent le week end d'après et manquera donc cette rencontre de CDF mais sera présent pour la rencontre reportée contre Uzes au Stadium.
Si celle ci est à nouveau reportée, c'est contre Epinal en championnat le 19 décembre qu'il sera suspendu.
Et si la rencontre contre Epinal est également reportée ... Bref, les suspensions, un vrai casse tête :)

Alsace.png


 

Colmar a quand même joué

Si le match prévu aujourd’hui contre Pontarlier a été reporté, les Colmariens (ici Liabeuf au premier plan et Shaïek) ont joué un match… entre eux hier. Archives Hervé Kielwasser

cedric-liabeufLes Colmariens ont compensé le report de leur match de Coupe de France à Pontarlier par une opposition grandeur nature, hier matin au Stadium. Un match de 90 minutes, entre eux.

Du côté du terrain, les Verts poursuivent leur travail avec sérieux et détermination depuis le début de la semaine, comme si leur superbe performance il y a une semaine à Créteil (0-3) entrait dans la logique des choses. « Mardi et mercredi, on a fait deux grosses séances de travail, se félicite le préparateur physique des SRC Dédé Hermann. C’était intensif, mais personne n’a rechigné. Jeudi, les joueurs ont pu souffler un peu puisqu’ils ont bénéficié d’un entraînement à la carte, comme cela arrive de temps en temps. Entre la musculation, les tennis-ballon, les frappes au but, etc, chacun était libre de faire ce qu’il avait envie. »

Hier matin, en revanche, les Colmariens se sont tous retrouvés sur le terrain annexe. Comme il y avait 99 % de chances que le match de Coupe de France à Pontarlier soit remis, l’entraîneur Damien Ott a organisé une opposition de deux fois 45 minutes à onze contre onze. « Et elle était de qualité, insiste Dédé Hermann. Pour compenser le match du week-end, il n’y a rien de mieux. Il n’est pas nécessaire de chercher un adversaire puisqu’avec la qualité de notre effectif, on arrive à composer deux équipes solides. Et comme à leur habitude, les gars ont joué tous les coups à fond. Maintenant, ils sont en week-end et peuvent ainsi se reposer et se régénérer mentalement. On se retrouvera lundi pour une semaine normale. »

L’adversaire connu lundi

Une semaine lors de laquelle il sera à nouveau question de Coupe de France puisque le 8 e tour face à Pontarlier a été reporté à samedi prochain. « Ça m’étonnerait qu’on puisse jouer à Pontarlier qui est situé à 800 m, remarque le préparateur physique des SR Colmar. Les prévisions météo annoncent d’autres chutes de neige. Le match pourrait avoir lieu à Ornans ou à Besançon dont les stades sont envisagés comme terrains de repli. »

Ce qui est certain en revanche, c’est que les deux équipes connaîtront déjà l’adversaire que le vainqueur rencontrera en 32 e de finale, puisque le tirage au sort du tour suivant aura lieu dès ce lundi. « Ça peut être un facteur de motivation supplémentaire, glisse Hermann. Mais pour les deux équipes. »

Retrait de trois points : le club a fait appel

Dans les coulisses, les dirigeants colmariens ont enfin reçu la notification de la Direction nationale de contrôle de gestion (DNCG), plus de quinze jours après avoir pris connaissance d’un retrait de trois points, le 21 novembre dernier. « Comme nous n’avons pas vu arriver le recommandé, nous avons pris l’initiative de contacter la Fédération en début de semaine, note Jean-Louis Jaegli, l’un des vice-présidents des Verts. On l’a finalement reçu mercredi, par e-mail, et nous avons immédiatement informé la Fédération de la décision du club de faire appel ».

Le président colmarien Christophe Gryczka, comme ses dirigeants, s’est dit une nouvelle fois « surpris par ce qui nous est reproché. On nous demande de nous expliquer sur un différentiel entre le prévisionnel de la saison dernière et le bilan final, essentiellement sur la masse salariale. C’est une situation paradoxale. La saison dernière, en plus de la masse salariale encadrée, on avait une interdiction de recruter. C’est pour cette raison qu’on n’a pas pu faire signer Farez Brahmia après le départ de Zerara. Cette année, ils encadrent notre masse salariale, mais sans interdiction de recruter et on nous sanctionne de trois points. Ils ont une interprétation différente de la nôtre, mais, par rapport aux trois quarts des choses qu’on nous reproche, on a des réponses. »

Des réponses que Christophe Gryczka, en personne, ira donner à la DNCG : « On va exposer nos arguments dès qu’on sera convoqués. Globalement, je ne suis pas trop inquiet. Je rappelle que le club n’a pas de dette et n’a pas fait de déficit. Et on n’a pas donné de salaires supplémentaires à nos joueurs. Franchement, si on nous sanctionne pour leur avoir versé les primes de victoires, c’est un comble. »

le 08/12/2012 à 05:03 par Hubert Himburg

 

DNA.png

 

 

Les Verts font relâche

malik-m-tir-salim-mezricheMalik M’Tir, Salim Mezriche et l’ensemble de l’effectif colmarien bénéficient d’un week-end de repos complet. Photo DNA – Laurent Habersetzer

Les SR Colmar ont pris acte du report de leur match de Coupe de France à Pontarlier, reprogrammé samedi prochain. Les joueurs ne s’entraîneront pas aujourd’hui et demain.

Formularende

DÉTENTE. – Une fois n’est pas coutume, les Colmariens bénéficient d’un week-end de repos complet, en raison du report de la rencontre de Coupe de France (8 e tour) initialement programmée aujourd’hui à Pontarlier (voir notre édition d’hier).

Damien Ott et ‘‘ Doumé ’’ Lihrmann à Dortmund !

L’entraîneur des SRC, Damien Ott, et le directeur sportif ‘‘ Doumé ’’ Lihrmann se rendront à… Dortmund, où le Borussia accueille Wolfsburg cet après-midi (15 h 30) en Bundesliga. « On y va pour l’ambiance », sourit le coach des Verts, qui n’ignore pas que le stade du champion d’Allemagne en titre est l’un des plus bruyants d’Europe.

CALENDRIER. – Remise au samedi 15 décembre (17 h), la confrontation Pontarlier – SRC, se jouera-t-elle dans le stade local Paul-Robbe ou dans une enceinte de repli ?

Sur son site internet, le club doubiste précise qu’il a « jusqu’au mercredi 12 décembre pour prendre la décision de maintenir » le duel sur sa pelouse. Et il compte visiblement tout mettre en œuvre pour y parvenir…

« Si la neige persiste, le club fera appel aux joueurs, dirigeants, bénévoles, éducateurs et entraîneurs pour déneiger le terrain », peut-on lire sur www.cap-football.com.

Enfin, l’hypothèse d’un match inversé – il aurait alors lieu au Stadium de Colmar – n’est pas à exclure. « Sauf si ce n’est pas jouable chez nous non plus », souligne Damien Ott.

Le technicien colmarien envisage tous les scénarios, y compris celui d’un nouveau report de la partie au… samedi 22 décembre. Quoi qu’il advienne, le calendrier des SRC sera bouleversé. En championnat, la réception d’Uzès, qui devait se dérouler le week-end prochain (17 e journée du National), sera a priori décalée au mois de janvier.

BRAHMIA. – Victime d’une inflammation des deux yeux (l’œil droit est davantage touché que le gauche), Farez Brahmia n’est pas pour autant privé de terrain, même s’il ressent « une petite gêne ».

Le milieu offensif colmarien, qui a consulté un ophtalmologue mercredi, souffre d’une « grosse conjonctivite ».

« J’en ai encore pour deux semaines, confie le joueur. J’ai contracté un virus à Créteil, durant une sieste à l’hôtel, et ça s’est transformé en grippe… Je pense que c’est dû à des draps ou des coussins qui n’étaient pas très bien nettoyés. »

MATCH D’ENTRAÎNEMENT. – En l’absence de rencontre ce samedi, Damien Ott a programmé une opposition à onze contre onze grandeur nature, hier matin à l’entraînement.

Deux équipes entièrement constituées de joueurs des SRC se sont affrontées, sous les flocons de neige, durant 90 minutes.

Le trio arbitral était composé de ‘‘ Doumé ’’ Lihrmann, Michel Wurcker et ‘‘ Dédé ’’ Hermann, les deux derniers ayant troqué leurs costumes respectifs d’entraîneur des gardiens et de préparateur physique contre celui de juge de touche.

par Am.P., publié le 08/12/2012

Alsace.png

 

Les Verts en visite chez les Jaunes

dominique-lihrmann-et-damien-ott à Dortmund

Dominique Lihrmann et Damien Ott (écharpe jaune) ont rencontré quatre anciens joueurs verts dans l’enceinte du Signal Iduna Park de Dortmund. De droite à gauche, Mickaël Rodriguez, Gilles Mastroianni, Cédric Bernard et Jérôme Zemb accompagnés d’Hervé Weibel. DR

Grâce à la sympathique initiative de la maison Wadis, l’un des partenaires des SR Colmar, Dominique Lihrmann et Damien Ott, ont profité du match remis des SRC à Pontarlier pour se rendre à Dortmund où ils ont assisté à la défaite historique des Jaunes face à Wolfsburg (2-3), puisque le club de la Ruhr n’avait plus perdu depuis près de cinq ans au Signal Iduna Park. Les deux techniciens des Verts ont évidement apprécié l’extraordinaire ambiance du stade. Et comme le monde est petit, ils ont pu immortaliser la rencontre avec quatre anciens joueurs des SR Colmar reconnus dans l’enceinte du stade malgré les 80 000 spectateurs.

le 11/12/2012 à 05:00

Alsace.png

 

Une remise aux Verts

guillaume-crequitConducteur du train lorsqu’il n’est pas footballeur, Guillaume Créquit (ici au premier plan sur le terrain synthétique du FC Ingersheim) a été l’un des rares à ne pas vraiment se reposer ces derniers jours. Photo Christelle Didierjean

Bien aidés par une brillante situation sportive actuelle, les footballeurs colmariens n’ont eu aucun mal à reprendre le chemin de l’entraînement après une coupure de huit jours. Hier matin, bonne humeur et motivation étaient au programme.

C’est un peu la tradition : quand on range les coupes (de Champagne), on ressort les Verts. À l’exception d’Abdel Moukhlil (victime d’une gastro-entérite), tous les joueurs des SR Colmar étaient au rendez-vous hier matin à 10 heures pour une reprise ponctuée par deux séances : une physique le matin au parcours du Neuland, sous la direction du préparateur physique Dédé Herrmann, avec un travail foncier de course et de vivacité ; une autre plus « technique » l’après-midi sur le terrain synthétique d’Ingersheim.

Dans l’ensemble, cette mini coupure d’une semaine a été appréciée par les joueurs. Seul Guillaume Créquit n’avait ressenti aucun changement : « J’ai eu une mini coupure pour le foot, mais pas au boulot. J’ai eu trois jours de congés puis, j’ai travaillé le 27 et je travaille aussi le 31 de 5 h à 15 h. Pour moi, c’est une semaine assez similaire aux autres, puisque très souvent je ne m’entraîne pas comme tout le monde. »

En revanche, pour le capitaine Benoît Haaby, les quelques jours en mode « off » semblaient très bénéfiques : « Ça fait le plus grand bien de couper et de penser à autre chose qu’au foot ». Mais même dans ces circonstances, le compétiteur n’est jamais bien loin : « Une semaine, ça paraît court, mais ça semble aussi long quand tu es habitué à t’entraîner tous les jours. Ça fait donc aussi du bien de revenir. On a envie, on se sent bien, on a un bon groupe, et les résultats sont là, ça aide. On a beaucoup de matches à venir prochainement, notamment à domicile. C’est déjà une bonne chose d’éviter de longs déplacements. Et c’est très intéressant de reprendre en ayant des enjeux. »

« Motivés par les challenges qui se présentent à nous »

D’ici le 1 er février, les Colmariens vont en effet disputer cinq rencontres de championnat, dont quatre au Stadium, contre Uzès, Fréjus, Bourg Péronnas et Le Poiré-sur-Vie, et une à l’extérieur, à Carquefou.

Quatrièmes ex aequo du classement, les Verts affronteront donc entre autres le 3 e, l’autre 4 e et le 6 e. Des rendez-vous excitants que l’attaquant Frédéric Marquès attend avec impatience, d’autant plus que le garçon a profité de son passage chez lui pendant les fêtes pour aller voir le FC Metz se faire battre à domicile par Orléans : « Si on gagne notre match en retard, on revient à leur hauteur à la deuxième place (Ndlr : il faudrait pour cela que les SR Colmar récupèrent les trois points retirés par la DNCG ( 1). C’est sûr que c’est bizarre de reprendre un 28 décembre, mais il faut savoir ce qu’on veut. On est vraiment motivés par les challenges qui se présentent à nous. »

« On a hâte de reprendre pour voir ce qui va se passer dans cette deuxième partie de championnat », enchérit le défenseur Jude Varsovie. Les petites idées derrière la tête emmagasinées avant la coupure ont peut-être bien profité des fêtes pour se développer. Les Colmariens ont maintenant un mois pour commencer à leur donner corps…

(1) Direction nationale du contrôle de gestion a retiré 3 points aux SRC suite à un dépassement de la masse salariale.

le 29/12/2012 à 05:00 par Guy Thomann

DNA.png

 


« Janvier sera déterminant »

 guillaume-crequit

À l’image de Guillaume Créquit (à droite), les Verts ont beaucoup couru ce vendredi. Photo DNA -

Après une petite semaine de vacances, les Colmariens se sont remis au travail, hier sous l’œil attentif de leur préparateur physique ‘‘ Dédé ’’ Hermann. Les échéances de janvier sont dans toutes les têtes.

Neuf jours après la convaincante victoire décrochée à Épinal (1-3), les SR Colmar ont mis un terme, ce vendredi, à leur break de fin d’année.

À l’exception de l’attaquant Abdel Moukhlil (malade), les Verts se sont tous retrouvés dans la forêt du Neuland, hier matin, pour satisfaire – via des courses et autres petits exercices individualisés – aux exigences de ‘‘ Dédé ’’ Hermann.

« J’avais prévu une petite couche de foncier, sourit le préparateur physique. La semaine de vacances de vacances a été bénéfique pour tout le monde. Mentalement, les joueurs ont pu déconnecter. Se lever après une nuit de sommeil et ne pas penser au football, ça fait du bien. Mais on rejoue bientôt en championnat et il ne faut pas non plus l’occulter. »

« La meilleure discipline, c’est celle que tu t’imposes de toi-même »

Dès le 5 janvier, les Colmariens accueilleront Uzès, en match en retard de la 17 e journée du National. Le 11, ils recevront Fréjus, avant de se déplacer à Carquefou le 18.

Deux nouvelles rencontres à domicile (Bourg-Péronnas le 26 et Le-Poiré-sur-Vie le 1 er février) ponctueront un cycle dont chacun s’accorde à penser qu’il conditionnera la suite de la saison. Faites le compte : Jérémy Grimm et ses coéquipiers disputeront quatre de leurs cinq prochains matches à domicile.

« Nous sommes tous conscients de l’importance du mois de janvier, qui sera déterminant, souligne ‘‘ Dédé ’’ Hermann. À mon sens, ce sera un véritable indicateur pour la suite. »

Le préparateur physique en est persuadé. L’ensemble du groupe a les yeux rivés vers « l’objectif » : rester le plus longtemps possible au contact des premiers. D’éventuels excès, à l’occasion du Nouvel An, ne seraient donc pas à craindre.

« Le travail de prise de conscience, on le fait toute l’année », précise ‘‘ Dédé ’’ Hermann, qui n’émettra pas de consignes particulières en vue des festivités à venir.

« Les gars sont sérieux et se conforment à une certaine hygiène de vie. Ils se donnent les moyens de réussir. Et compte tenu de la concurrence saine qui règne dans l’équipe, ils ne s’exposeront pas. »

Le directeur sportif des SRC, ‘‘ Doumé ’’ Lihrmann, partage cette philosophie selon laquelle chacun doit prendre ses responsabilités : « La meilleure discipline, c’est celle que tu t’imposes de toi-même. »

Les Verts au Schnepfenried lundi matin

À noter que les Colmariens ne s’entraîneront pas au Stadium avant mercredi. Aujourd’hui et demain, les séances de travail se dérouleront aux Trois-Épis – « sur un parcours accidenté et exigeant », confie ‘‘ Dédé ’’ Hermann – et sur le terrain synthétique d’Ingersheim. « Lundi matin, une sortie raquettes est programmée au Schnepfenried, susurre le préparateur physique. C’est bien de changer d’air de temps en temps. Généralement, les joueurs aiment ça. »

par Amaury Prieur, publié le 29/12/2012

 Alsace.png

 

 

Un trio s’échappe

adam-shaiek

Adam Shaïek et les SR Colmar ont marqué le pas en ce début d’année 2013 avant de se déplacer à Carquefou, vendredi prochain. Photo Vanessa Meyer Wirckel

Créteil, Metz et Le Poiré-sur-Vie ont profité des résultats de la dernière journée du cycle aller pour prendre la poudre d’escampette. Les SR Colmar ont lâché prise. Derrière, le Paris FC et Épinal s’enfoncent.

Alors qu’ils avaient l’occasion de se rapprocher du podium, les Colmariens comptent désormais sept points de retard, (N.D.L.R. : si l’on tient compte des trois points retirés par la DNCG avant le rendez-vous du 4 février) après leurs deux contre-performances au Stadium, sur Le Poiré-sur-Vie que les Haut-Rhinois accueilleront au début du mois de février. La formation de Damien Ott, qui lorgnait vers le haut, doit désormais regarder dans le rétroviseur même si elle compte encore huit points d’avance sur le premier relégable avant de se déplacer à Carquefou, vendredi prochain.

Vannes et Amiens s’accrochent. Alors que Créteil, Metz et le surprenant Poiré-sur-Vie se sont échappés en tête du National, les autres favoris en début de saison, Vannes et Amiens, respectivement vainqueurs à Boulogne et à Bourg-Péronnas, se replacent dans le top 10. Les deux anciens clubs de Ligue 2 restent néanmoins assez loin du podium, mais ils ont lancé au mieux la seconde phase du championnat. Les trois premiers vont toutefois être difficiles à déloger.

Vannes et Amiens se renforcent. La venue de nouveaux joueurs n’est peut-être pas étrangère aux victoires de deux des favoris du National. Les Vannetais ont ainsi engagé pour 18 mois Jonathan-Joseph Augustin, un défenseur central de 31 ans formé à Guingamp et qui a également joué à Niort. Francis De Taddéo, du côté d’Amiens SC, a profité du mercato pour recruter Abdoulaye Niang et Mass M’Baye. Le premier est un défenseur de 30 ans qui a été formé aux Girondins de Bordeaux, et est passé par Pau, Louhans, la Grèce, Chypre et l’Italie. Le second, un jeune attaquant de 19 ans, évoluait à la JA Drancy (CFA).

Pas d’effet Santini au Paris FC. L’arrivée de Jacques Santini, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France nommé manager général du club la semaine dernière, n’a rien changé sur le plan des résultats au Paris FC. Les Parisiens, qui se sont inclinés à domicile face au leader et voisin Créteil (3-0), restent à six points de Luzenac et Cherbourg, qui ont respectivement perdu à Orléans et face à Metz, les deux derniers relégables. L’ex-coach de l’Olympique Lyonnais n’est pas surpris puisqu’il avait annoncé d’emblée « que les résultats ne seront pas forcément au rendez-vous tout de suite ».

Rien ne va plus à Boulogne. L’ancien sociétaire de la Ligue 2 est retombé dans ses travers. Après avoir repris espoir en allant gagner à Cherbourg en début de semaine (0-3), les Boulonnais sont retombés sur terre après avoir explosé sur leur terrain, face à Vannes. De surcroît, les Nordistes, qui flirtent avec la charrette, perdent Loïc Damour arrivé sur la Côte d’Opale durant l’été 2011. L’ancien Strasbourgeois de 22 ans, qui n’entrait plus dans les plans de Georges Tournay, a résilié d’un commun accord le contrat le liant à l’USBCO jusqu’en juin 2014. Il est donc libre de s’engager où il l’entend.

Le Red Star sort du rouge. Opposé au CA Bastia, Quevilly n’a toujours pas réussi à s’imposer. Les Normands repartent de Corse avec le point du nul. Le Red Star de son côté s’est imposé face à Épinal et prend trois points d’avance sur la zone rouge. Épinal, qui a pourtant réussi un exploit en Coupe de France en sortant Lyon, glisse de plus en plus en queue de peloton.

le 14/01/2013 à 05:04 par H.H.

 DNA.png

 

 

« Tout reste jouable »

christophe-gryczkaLe président des SRC, Christophe Gryczka, conserve une ambition intacte pour la deuxième partie de la saison du National. Photo – archives DNA

Il a pris les rênes des SR Colmar depuis juin dernier et ne le regrette pas. Le président Christophe Gryczka dresse un premier bilan positif à mi-saison et reste ambitieux pour le cycle retour du National qui s’annonce. Avec la Ligue 2 en ligne de mire.

– Comment avez-vous vécu la défaite de vos protégés face à Fréjus-Saint-Raphaël vendredi soir ?

– C’était plutôt frustrant. On a maîtrisé le match mais on n’a pas été bon dans la finition. Je ne m’attendais pas à ce résultat. C’était le scénario catastrophe. En plus, en revoyant le but de Fréjus à la vidéo, on remarque que l’attaquant est hors-jeu. Si on ajoute le but refusé à Moukhlil contre Uzès pour un hors-jeu imaginaire, ça fait beaucoup. Mais on ne va pas se cacher derrière ça. Avec plus de réussite, on aurait pris six points. Mais la réussite, elle se provoque.

« Avec un brin de chance, on serait proche de Créteil »

– Comment jugez-vous le spectacle offert à domicile par vos joueurs depuis le début de la saison ?

– Il ne faut pas réduire à nos deux derniers matches l’ensemble de nos prestations à domicile. On a quand même réussi à offrir du spectacle. C’est vrai que nous avons un style de jeu basé sur le contre qui est plus efficace à l’extérieur. Face à des formations regroupées à dix derrière, nous sommes embêtés. Il va falloir travailler là-dessus les prochains temps pour remédier à ce problème.

– Le Stadium sonne souvent creux. Y a-t-il un projet pour le rendre plus vivant les soirs de match ?

– À Colmar, on a coutume de dire qu’il y a des spectateurs en tribune mais pas des supporters. Je tiens quand même à rappeler qu’on a une moyenne de 2 000 personnes à chaque match. Nos partenaires financiers viennent également assister aux rencontres. On se situe juste derrière Boulogne, Metz ou Amiens en termes d’affluence.

Dans les travées du Stadium, l’ambiance est feutrée. Ce n’est pas comme à l’extérieur où nos supporters mettent le feu. À Épinal et à Créteil, on n’entendait qu’eux ! On va devoir se pencher sur le problème des encouragements au Stadium et trouver une solution. Un public qui pousse, c’est indéniablement une motivation supplémentaire. Contre Fréjus, ça nous a manqué pour aller chercher l’égalisation.

– Envisagez-vous de recruter durant le mercato ?

– Nous avons un budget limité. Notre masse salariale est encadrée. La question ne se pose pas. Je suis content de l’équipe et du staff qui abat un boulot extraordinaire. On a bien progressé ces dernières années. Le groupe est sérieux, il y a un bon esprit d’équipe. Il faut leur faire confiance.

– Quel regard portez-vous sur la première moitié de la saison ?

– Je suis satisfait. Aucune équipe, excepté Carquefou, ne nous a inquiétés. Si quelqu’un nous avait dit que l’on aurait 32 points (en ne comptant pas les trois points enlevés par la DNCG, les SRC ayant fait appel de cette décision, ndlr) à la mi-temps du championnat, on aurait signé tout de suite. Avec un brin de chance supplémentaire, on serait plus proche de Créteil que de la quatrième place.

Il faut prendre exemple sur le Racing. Même s’il ne produit pas forcément un beau jeu, il est toujours en course pour la montée. Les Strasbourgeois ont des joueurs d’expérience qui savent forcer la décision. Dans notre effectif, nous avons beaucoup de footballeurs qui jouaient encore en CFA il n’y a pas si longtemps. Ils sont devenus de bons joueurs de National. Mais il leur manque encore cette expérience, cette roublardise qui peut faire pencher un match. L’équipe est soudée, ce qui peut néanmoins compenser ce déficit.

« Une montée, ça se prévoit à l’avance »

– Visez-vous tout de même la Ligue 2 dès cette année ?

– Si je disais le contraire, je mentirais. Nous sommes toujours au contact sans avoir été très chanceux. Tout reste jouable. On me disait culotté parce que je visais la L2 en trois ans. Mais il faut savoir saisir les opportunités car personne ne sait de quoi la saison prochaine sera faite. Nos deux contre-performances ne doivent pas tout remettre en cause.

– À ce titre, les trois prochains matches (à Carquefou, face à Bourg-Perronas et le Poiré-sur-Vie) marqueront-ils un tournant dans cette saison ?

– Nous allons affronter trois gros clients. On verra plus clair après ces matches. Chaque équipe connaît des passages à vide. On vient d’en avoir un face à des formations mal classées. On n’en parlera plus si on parvient à se reprendre face à des concurrents directs pour le podium.

– Vous vous êtes rendus récemment avec d’autres présidents de clubs amateurs dans les locaux de la LFP (*). Quelle était la raison de cette convocation ?

– La LFP estime qu’à travers nos résultats, nous sommes un candidat crédible à l’accession en L2. Elle a demandé au club s’il accepterait de monter en fin de saison en cas de bonne performance sportive. Elle a aussi voulu savoir si la Ville de Colmar était prête à investir dans la mise aux normes du stade. Dans les deux cas, nous lui avons répondu positivement. La municipalité est vraiment derrière nous. Elle veut soutenir le club dans sa progression et elle l’aidera à respecter le cahier des charges.

Une montée, ça se prévoit à l’avance. Dès la reprise du championnat, le stade doit être aux normes. Il n’y a pas de délais. On se doit donc de travailler dans l’optique d’une éventuelle montée.

« Confiant » pour l’appel devant la DNCG

– Le 4 février, la DNCG (**) examinera votre appel concernant sa décision de vous retirer trois points en raison d’un dépassement de masse salariale (voir DNA du 22/11/12). Qu’attendez-vous de cette réunion ?

– Au vu du dossier, je suis confiant. C’est quand même un comble, on nous enlève trois points bien que nous ayons terminé la saison avec un budget équilibré. D’un autre côté, Rouen a été sanctionné de quatre points alors que le club accuse un déficit. Après, je me dis que sportivement, nous avons déjà perdu trois points face à Fréjus…

– Quel bilan tirez-vous de vos six mois de présidence ?

– J’ai accumulé beaucoup de stress positif. Les bons résultats ont accéléré mon intégration. Je me suis rendu compte que gérer un club de foot, c’est comme gérer une entreprise. On travaille avec de nombreux bénévoles toute la semaine et notre récompense c’est le match du week-end. Chaque rencontre, je la vis à 100 %.

J’ai aussi compris que dans le foot, tout va très vite, dans un sens comme dans l’autre. Après nos deux matches ratés à domicile, j’ai entendu des remarques en tribune. Comme si tout le monde avait oublié les rencontres précédentes. Les critiques, ça touche forcément. Mais je suis très satisfait de m’être lancé dans cette aventure, je ne regrette rien.

(*) Ligue de Football Professionnel

(**) Direction nationale du contrôle de gestion

par Propos recueillis par J-T.W, publié le 14/01/2013

DNA.png

 

 

 

Travaux d’intérieur

le-groupe-colmarienMalgré les mauvais résultats enregistrés début janvier, le groupe colmarien est resté soudé. Photo DNA – Laurent Habersetzer

Les pelouses naturelles du Stadium étant impraticables, les joueurs colmariens ont été soumis à des exercices inhabituels, mardi. Futsal, courses dans le couloir qui jouxte les vestiaires, numéros d’équilibristes dans la salle de repas… Le staff des SRC déborde d’imagination.

Les Verts ont finalement renoncé, samedi dernier, à se rendre en montagne dans le cadre de la « sortie raquettes » envisagée après le report du déplacement à Carquefou (voir DNA du 18 janvier). « Les routes verglacées nous en ont dissuadé, explique Michel Wurcker, l’entraîneur des gardiens. Nous ne voulions pas prendre de risques. On a préféré accorder aux joueurs un bon week-end de repos. »

« Les trois premiers mètres sont importants dans les duels »

Il fallait bien ça pour se préparer aux intenses séances de travail concoctées par le staff des SRC depuis le début de la semaine.

Le terrain annexe du Stadium – sur lequel les entraînements ont habituellement lieu – étant toujours impraticable en raison des effets conjugués de la neige et du gel, Abdel Moukhlil et ses coéquipiers appliquent une sorte de plan B. Et tous les moyens semblent bons pour suer à grosses gouttes, y compris les plus improbables…

Il est 11 heures, mardi, dans le couloir qui jouxte les vestiaires du Stadium. La scène qui se déroule est pour le moins insolite. Tour à tour, Abdel Moukhlil et ses coéquipiers se relayent, sur l’un de ces « circuits d’explosivité » que ‘‘ Dédé ’’ Hermann affectionne.

À ceux qui se demanderaient quel est l’intérêt de multiplier les sprints dans un endroit aussi « inapproprié », le préparateur physique des Verts a toujours une réponse à transmettre.

En témoigne cet encouragement, adressé au latéral Vincent Bernardet : « C’est bien que tu partes vite, les trois premiers mètres sont importants dans les duels ! »

L’interpellation, en apparence anodine, traduit le souci permanent du staff colmarien de convaincre chacun d’une chose essentielle : tout exercice, quel qu’il soit, est susceptible de servir – à un moment donné – en match. « Bossez comme ça, continuez, vous allez voir, ça va être efficace ! » Et ainsi de suite…

La salle de repas, juste à côté, n’est pas moins sujette à quelques transformations, en ce mardi décidément pas comme les autres. Les gobelets, serviettes et couverts sont bien en place sur les tables, à deux bonnes heures de la traditionnelle dégustation de pâtes à la bolognaise. Mais tout autour, sous le regard de Michel Wurcker, c’est l’anarchie !

Trampolines et « proprioception »

Petits sauts sur trampolines, numéros d’équilibristes sur des planches en bois… Pour un peu, on croirait voir les ateliers d’un cirque en répétition. Les joueurs colmariens effectuent pourtant, à cet instant-là, un indispensable « travail de proprioception ».

Pour obtenir une définition simplifiée, c’est vers ‘‘ Dédé ’’ Hermann, l’utilisateur du terme, qu’il faut se tourner : « Cela consiste à créer volontairement des déséquilibres pour obliger l’athlète à mieux s’équilibrer en conséquence. »

« C’est excellent pour les appuis, la coordination et le renforcement des chevilles », renchérit Michel Wurcker.

Un étage au-dessus, autrement dit dans les tribunes du Stadium, c’est Damien Ott lui-même qui anime le dernier exercice improvisé. Grimper quelques marches d’escalier en quatrième vitesse : la consigne du coach colmarien n’est pas si facile à appliquer… dans un froid de canard.

Heureusement pour le mental des troupes, le gymnase du collège Berlioz a été réservé pour une séance de futsal, entre midi et 13 h. Le principe est simple : trois équipes, composées chacune de quatre joueurs de champ, d’un gardien et d’un remplaçant, s’affrontent dans un esprit bon enfant.

Quelques minutes avant le coup d’envoi des matches, Wilfried Louisy-Daniel s’est fendu d’un… dunk, sur l’un des paniers de basket disposés dans la salle. L’athlétique attaquant des SRC n’est pas mécontent de son effet.

Les résultats négatifs enregistrés au début du mois de janvier (*) n’ont pas altéré l’ambiance au sein du groupe. « Ils rigolent et se prennent au jeu », apprécie Michel Wurcker. « Il est intéressant, de temps en temps, d’évoluer en salle. Physiquement, c’est exigeant, et le rythme cardiaque est élevé. En tant que responsable des gardiens, ça me plaît, car le futsal favorise le jeu au pied et les arrêts réflexes. »

Dans l’attente de savoir s’ils pourront effectivement accueillir Bourg-Péronnas (voir encadré), ce samedi en championnat, les Verts ne manquent pas d’occupations.

(*) Nul face à Uzès (1-1) et défaite devant Fréjus (0-1)

par Amaury Prieur, publié le 24/01/2013


 

« Injouable en l’état actuel »

Le soleil était espéré, hier, sur Colmar mais il n’a pas percé la couche de nuages. Résultat, la neige et la glace tapie en dessous n’ont pas fondu, ce qui rend la pelouse du Stadium impraticable. « C’est injouable en l’état actuel, résume le directeur sportif de SR Colmar Dominique Lihrmann. On va attendre jusqu’à vendredi midi, la Ville prendra alors sa décision. En attendant, il faut espérer un dégel. On reste tributaire de la météo. On ne prendra pas le risque de faire jouer le match dans de mauvaises conditions. »

 Alsace.png

 

 

 

Les SR Colmar encore au repos forcé ce week-end ?

photo-d-archives-herve-kielwasserLes joueurs colmariens pourraient une nouvelle fois rester « au chaud » demain soir plutôt que de fouler leur pelouse enneigée du Stadium. Archives Thierry Gachon

Les Verts ne recevront sans doute pas Bourg-Péronnas, demain soir (18 h), à l’occasion de la 21 e journée du National, en raison de l’état de la pelouse du Stadium. Après Carquefou la semaine dernière, c’est la deuxième rencontre d’affilée qui devrait être remise. Les Colmariens restent cependant sous pression.

Hier matin, au Stadium. Pelle en main, Dédé Hermann dégage la glace et la neige sur une bande d’une dizaine de mètres et découvre une pelouse verte et souple. Juste comme il faut. Sous les yeux de Damien Ott, Dominique Lihrmann, Michel Wurcker et des deux responsables municipaux du Stadium, le préparateur physique des Verts veut prouver qu’avec des bras, beaucoup de bras, et des pelles, beaucoup de pelles, on doit être capables de déneiger le terrain. « Pour l’instant, le terrain est excellent car il est protégé de cette couche de neige et de glace, explique Dédé. Il faut donc attendre samedi matin et trouver une centaine de bénévoles pour dégager la neige et on pourra jouer. »

La démonstration du préparateur physique, validée par l’entraîneur des gardiens, ne convainc cependant pas les autres personnes en présence. « Le problème, explique Dominique Lihrmann, c’est que la météo annonce des températures de -2° à -5° dans les deux prochains jours. C’est bien beau de dégager le terrain le matin, mais si dans la journée le froid persiste, la pelouse gèlera de toute façon et ça restera injouable car cela mettrait les joueurs en danger. On ne va tout de même pas remuer la terre entière pour un match de football. »

« On a tous envie de jouer, plaide l’entraîneur Damien Ott. Cela aurait été possible, à mon avis, s’il y avait eu du soleil hier et aujourd’hui (mercredi et jeudi). Mais là, je ne vois pas très bien comment on peut faire. On fera le point vendredi (ce matin) avec la mairie qui décidera oui ou non de prendre un arrêté municipal. »

Les aléas de la météo n’empêchent cependant pas les Colmariens de préparer le rendez-vous en compagnie de leur staff technique. Même s’il n’est pas possible de fouler le terrain annexe du Stadium, lui aussi recouvert de neige et de glace, les Verts ont subi une grosse charge de travail depuis le début de la semaine d’une manière différente. « Nous avions prévu une sortie en raquettes après le report de notre déplacement à Carquefou, raconte Dédé Hermann, mais nous l’avons annulée en raison de l’état des routes. Depuis lundi, on a dû repenser la préparation physique, ça change de l’ordinaire, mais ce n’est pas plus mal. On a passé pas mal de temps en salle pour des petits matches à cinq contre cinq, mais on a également organisé quelques ateliers surtout basés sur l’explosivité dans les couloirs et dans les tribunes du Stadium. » Mercredi soir, les Verts ont eu droit à un petit match sur le terrain synthétique.

Le seul petit bémol, c’est la blessure de Benoît Haaby qui a été touché à un orteil et qui a dû consulter le médecin. Pour l’heure, le capitaine des Verts n’est pas opérationnel et ne devrait pas jouer le match amical que le coach envisage « éventuellement » d’organiser en cas de l’annulation de la rencontre face à Bourg-Péronnas.

* * *

Les Col’Verts migrent en face
Alors que Damien Ott reprochait aux spectateurs du Stadium de
ne pas faire assez de bruit pour supporter leur équipe, un
lecteur de Wettolsheim, trouvait, quant à lui, qu’il était
pénible de suivre un match depuis la tribune du Stadium à côté
« des tambours et des trompettes ». Les Col’Verts, le groupe de
supporters des Verts, ont semble-t-il trouvé le compromis. Ils
appellent « à la mobilisation des troupes de migrer avec
tambours et trompettes et de les rejoindre dans la nouvelle
tribune à l’occasion des prochaines rencontres. »

le 25/01/2013 à 05:00 par H.H.

 


 

Comme prévu, SR Colmar - Bourg Péronnas est reporté

 

Pour le deuxième week-end d'affilée, les SR Colmar seront au repos forcé : comme prévu, la rencontre comptant pour la 21e journée de National qui devait opposer les Colmariens à Bourg Péronnas demain soir à 18h au Stadium a été reportée à une date ultérieure en raison de l'état de la pelouse.

L'information a été annoncée sur le site internet officiel des SRC ce matin.

le 25/01/2013 à 10:00

Date de dernière mise à jour : 25/01/2013

×