SR Colmar - RC Strasbourg


Le Racing Club de Strasbourg a remporté cet après-midi le deuxième acte du derby alsacien du National, en battant au Stadium les SR Colmar 2 buts à 1. Comme au match aller, remporté 2-0 à la Meinau, les Strasbourgeois ont fait preuve d'expérience et d'efficacité devant les buts pour venir à bout d'une valeureuse équipe colmarienne, qui aurait largement mérité le point du nul. Le derby n'en a pas moins été beau, mettant en valeur le football alsacien entre deux équipes qui se souhaitent le meilleur pour la fin du championnat. Fabien Rouschop

Réaction d'après match

http://www.lalsace.fr/sport/2011/02/13/colmar-racing-strasbourg-reste-maitre-du-derby-alsacien

Résumé du match

http://alsace.france3.fr/sport/index.php?page=article&numsite=5237&id_article=%2014159&id_rubrique=5240


Vu de Strasbourg

C'est comme si le Racing était passé à autre chose. Les acteurs de la victoire étaient passablement exténués. Milovan Sikimic avait dû sortir touché au mollet. « Mais les coéquipiers ont bien fini le travail », a souligné le capitaine après coup.
Le marathon de onze matches en 36 jours a pris fin dans la douleur, mais aussi dans les sourires côté strasbourgeois. « J'ai mal partout après quatre semaines vraiment intenses, mais on a su être réaliste, a apprécié Ali Mathlouthi, pas avare d'efforts, mais en manque d'efficacité devant le but. Il y a eu des périodes où je marquais plus. Mais je joue pour l'équipe. »
Laurent Fournier a fini par tiquer devant la fin de rencontre quelconque de sa troupe. « On a également eu du mal à rentrer dans le match, rappelle le coach strasbourgeois. Quant à nos difficultés d'ensemble, je ne pense pas que cela soit une question de fatigue, car les efforts défensifs, on réussissait finalement à les faire. Mais Noro a eu plus de mal, notamment en 2e mi-temps. On était ric-rac au milieu de terrain et on a trop cherché Ali par de longs ballons. Il faut qu'on progresse dans la gestion des matches. »
Quelques sueurs froides étaient passées dans l'esprit des Bleus. Mais avec dix points en cinq matchs de championnat en 2011, la moisson est plutôt bonne. Le Racing n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. « Cette victoire fait du bien, explique David Ledy, au four et au moulin, hier. Outre les trois points et même si on est mal entré dans le match, on a montré que l'on était capable d'enchaîner après deux gros matches à domicile. Je le disais avant le match, je le redis aujourd'hui, ce match, c'est un tournant. Et il nous donne l'envie de confirmer derrière. »
« Il y a encore quinze étapes, a conclu Ali Mathlouthi. On veut continuer cette route, nous rapprocher encore, après avoir bien négocié celle-là. » Après 48 heures passées à récupérer, le chapitre Paris FC sera au menu strasbourgeois. Et il n'est pas envisagé qu'il corresponde à un coup d'arrêt.


Vu de Colmar

RÉGIS KITTLER (capitaine) : « On produit un meilleur match que mardi (1-2 devant Créteil, ndlr), mais au bout du compte, ça revient au même ! Les matchs satisfaisants au niveau du contenu ne suffisent plus. On a besoin de points et le calendrier ne va pas nous aider. Après, on sait aussi que même si on avait gagné cet après-midi (hier), ça n'aurait pas changé fondamentalement la donne, notre saison ne se jouait pas contre Strasbourg. On ne lâchera rien, jusqu'au bout, ce n'est pas dans notre nature. »

THOMAS ZERBINI (passeur décisif sur le but colmarien) : « Je ne sais pas trop quoi dire, je suis tellement déçu. C'est dommage parce qu'on avait ouvert le score. Ça s'est joué à pas grand-chose, à un peu de réussite sur la tête de Cédric (Liabeuf) ou mon tacle devant Gurtner. Après, qu'on perde 2-1 ou 3-0, c'est la même chose. On a besoin de points. »

OLIVIER N'SIABAMFUMU (défenseur, au marquage sur Ali Mathlouti pendant la rencontre) : « On a perdu le match en dix minutes, avec ces deux erreurs. Le reste, c'était un derby, un match engagé, pas désagréable. On a vu ce qui faisait la différence entre une équipe pro et nous. Comment j'explique cette fébrilité ? Je ne sais pas. Ce n'est pas une question tactique, ou de joueurs. Peut-être simplement un coup du sort... »

JÉRÉMY GRIMM (Formé à Strasbourg et suspendu hier) : « C'est toujours décevant de perdre. C'est peut-être encore plus frustrant quand on ne joue pas ! J'attendais ce mois de février avec fébrilité. Jouer Strasbourg, Cannes, Guingamp, pour prendre notre revanche. Pour l'instant, il nous manque ce petit but mais on a vécu ça en septembre, on ne va pas lâcher et aborder chaque match comme si c'était le plus important. »

Fr. N. et C.T-DNA

AFFLUENCE. - La capacité du Stadium, estimée à 5 400 places, a été limitée à 5 000 places (on retire plus ou moins 10% en vertu du règlement fédéral). La répartition est la suivante : 1 350 places pour la tribune principale (10 €), 180 places en gradins dans une tribune installée pour l'occasion (10 €), 200 places sur la terrasse (7 €) et le reste en pelouse (5 €).

PRÉ-VENTES. - Les pré-ventes des billets pour le match Colmar - Strasbourg auront lieu au Colmar Stadium ce vendredi (17h à 19h) et ce samedi de 8h à 10h.

RÉCUP'. - Les Colmariens se sont contentés d'un petit footing de récupération mercredi soir. Ils étaient au repos complet hier et s'entraînent à nouveau ce matin, avant la dernière séance de samedi matin.

M'TIR. - Victime d'une entorse de la cheville contre Créteil, Malik M'Tir fait son possible pour être apte face à Strasbourg. Le Colmarien a trottiné avec ses coéquipiers mercredi. « Ce type de mouvement ne me fait pas mal. Pour les autres, c'est un peu plus délicat. »
Autre petit bobo : Adam Shaïek avait la main droite bandée suite à un choc, mais rien d'handicapant pour dimanche.

RECRUES. - « Damien, j'ai deux nouvelles recrues, dit le directeur sportif Doumé Lihrmann à son entraîneur Damien Ott. Je les ai prises en photo mardi après le match (contre Créteil) ». Et de brandir son téléphone portable. Sur l'image : Ryad Boudebouz et Marvin Martin, les deux milieux de terrain sochaliens venus encourager leur ancien collègue de centre de formation, Toufik Zerara. Ne reste plus qu'à les convaincre de signer à Colmar...

SUNDHOFFEN. - Le match d'Excellence opposant Sundhoffen à Wittenheim, dimanche, a été décalé à 15h45. « La Ligue et notre adversaire nous ont répondu favorablement. Nous les en remercions », dit Jacky Zins, le président sundhovien. Le supporter de longue date des Verts ajoute : « Nous irons soutenir les SRC contre le Racing et espérons que les Colmariens nous rendront la pareille dans la foulée. »

SUSPENDU. - Loïc Damour sera fixé sur son sort aujourd'hui, la commission de discipline s'étant réunie hier en fin d'après-midi, pour statuer sur le cas du joueur qui a vu rouge samedi, face à Bastia.
«Il est suspendu pour Colmar mais j'espère que ce sera tout. On a fourni une vidéo, elle montre bien qu'il n'a rien fait du tout», a indiqué hier Jean-Luc Witzel, le directeur sportif du Racing, qui attend la réponse ce matin.

MÉNAGÉS. - Noro, Mathlouthi et Yenga se sont contentés de soin et d'un footing hier matin, pendant que le reste du groupe pro a fait toros, tennis-ballon et travail de volée devant le but. Aujourd'hui une seule séance est au programme, cet après-midi.

M.Pf. et Ba. Sch.
DNA 


Echos du derby
La famille Fournier déménage


Personne ne dira évidemment aujourd’hui de façon officielle que ça préfigure ce qui risque de se passer en fin de saison. Mais une chose est sûre : c’est assurément la conséquence de la « vraie-fausse » éviction de Laurent Fournier annoncée le 22 janvier par le président Jafar Hilali à son agent Franck Belhassen et annulée par le même la nuit suivante, sitôt la qualification en Coupe de France contre Evian. La famille de Laurent Fournier, sous contrat jusqu’en juin 2012, a profité des vacances scolaires pour quitter Strasbourg et repartir dans sa maison parisienne. Le déménagement a eu lieu hier, veille de la Saint-Valentin, sans qu’il faille y voir l’amorce d’une rupture dans le couple Fournier. La femme et la fille de l’entraîneur bas-rhinois ont regagné la capitale, ce dernier restant à Strasbourg avec son fils, qui suit un cursus universitaire à l’ISEG (institut supérieur européen de gestion), dirigé par Thierry Wendling, formateur au centre de formation.

Les observateurs ne manqueront pas d’interpréter de deux façons ce déménagement : soit l’entraîneur bas-rhinois redoute toujours de prendre la porte à un moment ou à un autre, soit il n’a plus guère envie de rester dans un club où son président a rompu le fil de confiance. Dans les deux cas, on semble se diriger vers un départ anticipé en juin.

M’Tir : rétablissement express. Annoncé forfait pour une entorse de la cheville droite contractée mardi contre Créteil, le Colmarien Malik M’Tir figurait non seulement sur la feuille de match hier après-midi, mais était même titulaire dans le couloir droit. « C’est un risque, mais compte tenu des absences, je me dois de le prendre », disait Damien Ott avant le coup d’envoi.

Sikimic : la fin du grand chelem. Victime d’une douleur au mollet droit à une demi-heure de la fin, le défenseur du Racing, Milovan Sikimic, seul Strasbourgeois avec le gardien Régis Gurtner à avoir disputé l’intégralité des 24 premières journées de championnat, a dû céder sa place à la 62 e. Le Serbe est incertain pour la réception du Paris FC samedi (18h).

Deux agrafes pour Ledy. Touché dans un choc avec Sylvain Meslien dès la 8e minute, David Ledy s’est fait poser deux points de suture sur le crâne par le médecin du Racing François Piétra.

Meslien suturé. Après son choc avec David Ledy, Sylvain Meslien a dû terminer le match, le crâne enrubanné d’une bande collante. Victime d’une plaie à l’arcade, le défenseur des Verts a été recousu à l’hôpital après le match.

Shaïek manquera Cannes. Il devrait manquer trois Colmariens, vendredi au coup d’envoi à Cannes. Adam Shaïek purgera son match de suspension à la suite de trois cartons jaunes, tout comme Benoît Haaby, dont l’expulsion face à Créteil lui a valu deux matches. Il reste un point d’interrogation derrière Jérémy Grimm dont la suspension est liée à la blessure de son adversaire bayonnais.

Un derby très « politique ». Les grands événements ameutent invariablement les hommes politiques. Le derby alsacien du National n’a pas échappé à la règle puisqu’ils étaient nombreux autour de Philippe Richert, le nouveau ministre alsacien. On a ainsi aperçu, notamment Eric Straumann, le député, et Gilbert Meyer, le maire de Colmar, eux habitués du Stadium, mais aussi Charles Buttner, le président du Conseil général du Haut-Rhin, entre autres.

L'Alsace




Vous devez être connecté pour poster un commentaire
×